Lacaille's appendix to Table des Ascensions Droites

This is my attempt at an English translation of the remarks that conclude Lacaille's Table des Ascensions Droites et des Déclinaisons Apparentes des Étoiles australes renfermées dans le tropique du Capricorne (1756) (full reference on the parent page). I have tried to keep the translation as literal as possible and to preserve the old-fashioned tone of the original, long-winded sentences and all.

Remarks on the foregoing Catalogue

This catalogue has been computed based on observations made at the Cape of Good Hope with different rhomboidal reticules. The right ascensions and declinations of stars reported therein are apparent, which is to say, such that they were determined on the day indicated for each one: they are therefore affected by the aberration caused by light and by the deviation caused by the nutation of the axis of the Earth. Since these two causes produce differences of only few seconds between the apparent and true positions, and since, due the short interval between the day of each observation and January 1st 1752, the precession of the equinoxes is very small, one can assume in ordinary situations where the places of stars are used that the positions reported in this catalogue have indeed January 1st 1752 as epoch. However, in computations that require more precision, one can, with the help of the observation dates, reduce these apparent position to any desired day, by making the corrections required by the three causes of the apparent motions of the stars.

Among these stars there is a large number that have been observed with all possible precision, namely, the right ascensions by corresponding elevations, and the declinations by a large number of meridian elevations taken using an instrument with a radius of six feet. These stars have served as points of comparison for the determination of all the others: they are distinguished here by an asterisk (*).

In order to fill the large empty intervals between the ancient constellations, I have assumed new ones: I have placed the figures of the main instruments of the arts. Here is their list according to the order of their right ascensions.

  1. The Sculptor's workshop: it is composed of a stool that supports a model, and a block of marble on which a mallet and a chisel have been set.
  2. The chemical Furnace, with its still and its vessel.
  3. The pendulum Clock with seconds.
  4. The rhomboid Graticule, small astronomical instrument that was used to construct this catalogue: it is constructed by the intersection of four straight lines drawn from each corner of a square to the middle points of two opposite sides.
  5. The engraver's Chisel: the figure is composed of a burin and a scorper forming a cross, tied by a ribbon.
  6. The Painter's Easel, to which a palette is attached.
  7. The Compass or sea Compass.
  8. The pneumatic Machine with its vessel, to represent experimental Physics.
  9. The Octant or reflecting Quadrant, main instrument used by Navigators to observe the elevation of the pole, etc.
  10. The Compass of the Geometer.
  11. The Square and the Architect's ruler: I have also drawn the southern triangle in the form of a level.
  12. The Telescope or the large refracting telescope hanging from a post.
  13. The Microscope: according to its usual representation, it is a tube placed on top of a square box.
  14. Finally I have placed under the large cloud the Table Mountain, well-known at the cape of Good-Hope for its table shape, and mainly for a white cloud that comes to cover it in the shape of a tablecloth at the onset of a violent Southeasterly wind; by the way most Sailors call Cape clouds what we call Magellanic clouds, or the large and the small cloud.

I have given, imitating Bayer, Greek and Latin letters to each one of the visible stars of the new constellations, and those of the ancient ones that did not have any. The alphabetical order of the Greek letters follows more or less the order of brightness or magnitude of the stars. I have been forced to change the letters that Bayer had assigned to the constellations of the Ship, the Centaur, the Altar, the southern Fish and the Wolf, as much because they were very poorly distributed, as because several of the most beautiful stars did not have any. It has been often impossible for me to recognize in the sky the star to which one of these letters was attributed, which comes probably from the fact Bayer's Planispheres have been constructed in part on the ancient catalog of Ptolemy, and on very coarse observations made by Portuguese Navigators.

I have also been forced to give Latin letters to the stars that lie in the most southern parts of the constellations of Eridan, the big Dog, the female Hydra and Sagittarius, in which I have kept Bayer's Greek letters.

The constellation of the Ship being composed of more that hundred and sixty stars very easy to distinguish with the naked eye, I have first distributed the Greek letters to all its most beautiful stars: I have then split it into three parts, namely, the Stern, the Body and the Sails. The Stern is separated from the body of the ship by the helm, and I have called the sails everything outside the ship, between its edges and the horizontal mast, or the antenna on which the sail is folded. In each of these parts, I have placed Latin upper- and lowercase letters.

The magnitudes of the stars have been determined, by comparing them to each other with plain sight, with all the attention possible. Each star in this catalog is at least of the magnitude that I have assigned to it; because when I have had any uncertainty, for instance, if I doubted whether a star I was considering was of the third or fourth magnitude, I have given it the fourth magnitude. However the sixth magnitude stars that do not have any specific letter in this catalog, have been judged of this magnitude only at the moment of their passage in the field of the telescope, and it could be that some are below the sixth magnitude, because at the moment of the observation, the small stars may have appeared in the telescope more or less bright, according to the circumstances, for instance, according to the eye being more or less free from external light, according to the sky being more or less clear, according to it being more or less illuminated by the Moon or the twilight.

I have noted with care all the nebulous stars that I have seen; it could nevertheless be that the moonlight has not permitted to distinguish them all. Different letters indicate their nature in this catalog; the abbreviated expression néb. designates a nebulosity or remarkable whiteness in the sky, such as a faint comet would appear; E. néb. designates a star surrounded or accompanied by a nebulosity; A. néb. a cluster of small stars close together, that appear to the naked eye as a nebulosity in the sky; G. A. néb. a considerable cluster of such stars; Æ. néb. a cluster of small stars wrapped in a nebulosity.

In order to show the order and placement of the new constellations that I thought I had to introduce, in order to give names and label by specific letters the stars that found themselves included in the empty intervals between the ancient constellations, I append here a small reduced planisphere after the one of six foot in diameter that I have presented to the Academy. One has not been able, on such a small sheet, to conform to a distinctly graduated scale while representing the various magnitudes of the stars: the catalog has to be consulted to ascertain them.

One will not find on it the new constellation that Mr. Halley has inserted in his Planisphere in 1677, under the name Robur Carolinum, because I have returned to the Ship the bright stars that this Astronomer, then twenty-one years old, has detached from it in order to pay his court to the king of England. However laudable this motive had been, I cannot approve of the manner Mr. Halley employed to get his constellation accepted; because in order to make it appear isolated, he has shortened the Ship so much that he has left informes fairly bright stars between the Ship and his tree; in order to imply that the stars composing his tree were new, or had never been observed, he has not compared their positions with those from the ancient catalogues, which he had always done for to the stars of the other constellations: however, of the twelve stars composing Mr. Halley's tree, nine are in these ancient catalogues, designed by specific letters on the planispheres of Bayer, in the constellation of the Ship. Finally, one cannot doubt that all those who in the fifteenth and sixteenth centuries have observed the southern stars, in order to include them in new constellations, have constantly assigned to the Ship all the stars composing Mr. Halley's tree; otherwise is it reasonable to believe that they would have created the constellations of the flying Fish and the Chamaeleon, so close to the Ship, whose brightest stars are of the fifth magnitude, while they would have left without constellation, between the Centaur and the Ship, a large space filled with stars of the first, second, third and fourth magnitudes, so well grouped with the ones of the Ship?

For comparison, this is a transcription of the French original, in the original 18th century spelling.

Remarques sur le Catalogue prédédent

Ce Catalogue a été calculé sur des observations faites au cap de Bonne-espérance avec différens réticules rhomboïdes. Les ascensions droites & les déclinaisons des étoiles qui y sont rapportées, sont apparentes, c'est-à-dire, telles qu'on les a trouvées au jour marqué pour chacune: elles sont par conséquent affectées de l'aberration causée par la lumière, & de la déviation causée par la nutation de l'axe de la Terre. Comme ces deux causes ne produisent des différences que de peu de secondes entre la position apparente & la position vraie, & qu'à cause du court intervalle depuis le jour de chaque observation jusqu'au premier Janvier 1752, la précession des équinoxes est fort petite, on peut supposer dans les usages ordinaires auxquels on emploie les lieux des étoiles, que les positions rapportées dans ce catalogue ont en effet le premier Janvier 1752 pour époque. Mais dans les calculs qui demandent plus de précision, l'on peut, à l'aide des dates des observations, réduire ces positions apparentes à tel jour qu'on voudra, en y faisant les corrections qu'exigent les trois causes des mouvemens apparens des étoiles.

Parmi ces étoiles il y en a un grand nombre qui ont été observées avec toute la précision possible, savoir, les ascensions droites par des hauteurs correspondantes, & les déclinaisons par un grand nombre de hauteurs méridiennes prises avec un instrument de six pieds de rayon. Ces étoiles ont servi de termes de comparaison pour déterminer toutes les autres : elles sont distinguées ici par un astérisque (*).

Pour remplir les grands intervalles vuides entre les constellations anciennes, j'en ai supposé de nouvelles : j'y ai mis les figures des principaux instruments des arts. En voici la liste selon l'ordre de leur ascension droite.

  1. L'attelier du Sculpteur : il est composé d'un scabellon qui porte un modèle, & d'un bloc de marbre sur lequel on a posé un maillet & un ciseau.
  2. Le Fourneau chymique, avec son alambic & son récipient.
  3. L'Horloge à pendule & à secondes.
  4. Le Réticule rhomboïde, petit instrument astronomique qui a servi à dresser ce catalogue : on le construit par l'intersection de quatre droites tirées de chaque angle d'un carré au milieu de deux côtés opposés.
  5. Le Burin du Graveur : la figure est composée d'un burin & d'une échope en sautoir, liés par un ruban.
  6. Le Chevalet du Peintre, auquel est attachée une palette.
  7. La Boussole ou le Compas de mer.
  8. La Machine pneumatique avec son récipient, pour représenter la Physique expérimentale.
  9. L'Octans ou le Quartier de réflexion, principal instrument des Navigateurs pour observer la hauteur du pole, &c.
  10. Le Compas du Géomètre.
  11. L'Équerre & la règle de l'Architecte : j'ai aussi dessiné le triangle austral en forme de niveau.
  12. Le Télescope ou la grande lunette astronomique suspendue à un mât.
  13. Le Microscope : selon la figure qu'on lui donne ordinairement, c'est un tuyau placé au dessus d'une boîte carrée.
  14. Enfin j'ai mis au dessous du grand nuage la Montagne de la Table, célèbre au cap de Bonne-espérance par sa figure de table, & principalement par un nuage blanc qui la vient couvrir en forme de nappe à l'approche d'un vent violent de sud-est; d'ailleurs la plupart des Navigateurs appellent nuages du Cap, ce que nous appelons nuées de Magellan, ou le grand & le petit nuage.

J'ai donné, à l'imitation de Bayer, des lettres grecques & latines à chacune des étoiles visibles des constellations nouvelles, & à celles des anciennes qui n'en avoient pas. L'ordre alphabétique des lettres grecques suit à peu près l'ordre de l'éclat ou de la grandeur des étoiles. J'ai été obligé de changer les lettres que Bayer avoit assignées aux constellations du Navire, du Centaure, de l'Autel, du Poisson austral & du Loup, tant parce qu'elles étoient fort mal distribuées, que parce que plusieurs des plus belles étoiles n'en avoient aucune. Il m'a été souvent impossible de reconnoître dans le ciel l'étoile à laquelle une de ces lettres étoit attribuée, ce qui vient sans doute de ce que les Planisphères de Bayer ont été construits en partie sur l'ancien catalogue de Ptolomée, & sur des observations fort grossières faites par des Pilotes Portugais.

J'ai été obligé aussi de donner des lettres latines aux étoiles qui sont dans la partie la plus australe des constellations de l'Éridan, du grand Chien, de l'Hydre femelle & du Sagittaire, dans lesquelles j'ai conservé les lettres grecques de Bayer.

La constellation du Navire étant composée de plus de cent soixante étoiles très-faciles à distinguer à la vûe, j'ai d'abord distribué des lettres grecques à toutes les plus belles qui la composent : je l'ai ensuite partagée en trois parties, savoir, la Pouppe, le Corps & la Voilure. La Pouppe est séparée du corps du vaisseau par le gouvernail, & j'ai appelé la voilure tout ce qui est hors du vaisseau, entre ses bords & le mât horizontal, ou l'antenne sur laquelle la voile est pliée. Dans chacune de ces parties, j'ai mis des lettres latines majuscules & minuscules.

Les grandeurs des étoiles ont été déterminées, en les comparant entr'elles à la vûe simple, avec toute l'attention possible. Chaque étoile de ce catalogue est au moins de la grandeur que je lui ai assignée ; car lorsque j'ai eu quelque incertitude, par exemple, lorsque je doutois si une étoile que je considérois étoit de la troisième ou de la quatrième grandeur, je l'ai mise de la quatrième grandeur. Cependant les étoiles de la sixième grandeur qui n'ont dans ce catalogue aucune lettre particulière, n'ont été jugées de cette grandeur qu'au moment de leur passage dans le champ de la lunette, & il se pourroit faire que quelques-unes fussent au dessous de la sixième grandeur, parce qu'au moment de l'observation, les petites étoiles ont pû paroître dans la lunette plus ou moins claires, selon les différentes circonstances, par exemple, selon que l'œil étoit alors plus ou moins dégagé de la lumière étrangère, selon que le ciel étoit plus ou moins net, selon qu'il étoit plus ou moins éclairé par la Lune ou par le crépuscule.

J'ai marqué avec soin toutes les étoiles nébuleuses que j'ai vûes ; il se peut faire néanmoins que le clair de Lune n'ait pas permis de les distinguer toutes. Différentes lettres désignent leur nature dans ce catalogue ; l'expression abrégée néb. signifie une nébulosité ou une blancheur remarquable dans le ciel, telle que seroit une foible comète ; E. néb. signifie une étoile entourée ou accompagnée d'une nébulosité ; A. néb. un amas de petites étoiles serrées, qui paroissent à la vûe simple une nébulosité dans le ciel  ; G. A. néb. un amas considérable de pareilles étoiles ; Æ. néb. un amas de petites étoiles enveloppées dans une nébulosité.

Pour faire voir l'ordre & la disposition des nouvelles constellations que j'ai cru devoir introduire, afin de donner des noms & de désigner par des lettres particulières les étoiles qui se sont trouvées comprises dans les intervalles vuides des constellations anciennes, je joins ici un petit planisphère réduit d'après celui de six pieds de diamètre, que j'ai présenté à l'Académie. On n'a pû, dans une si petite feuille, s'assujétir à une échelle distinctement graduée, pour représenter les différentes grandeurs des étoiles : c'est le catalogue qu'il faut consulter pour s'en assurer.

On n'y trouvera pas la constellation nouvelle que M. Halley a insérée dans son Planisphère en 1677, sous le nom de Robur Carolinum, parce que j'ai rendu au Navire les belles étoiles que cet Astronome, âgé alors de vingt-un ans, en a détachées pour faire sa cour au roi d'Angleterre. Quelque louable qu'ait été ce motif, je ne puis approuver la façon dont M. Halley s'y est pris pour faire passer sa constellation ; car pour la faire paroître isolée, il a tellement raccourci le Navire, qu'il a laissé informes d'assez belles étoiles entre le Navire & son arbre ; & pour faire entendre que les étoiles qui composent son arbre étoient nouvelles, ou n'avoient jamais été observées, il n'en a pas comparé les positions avec celles des anciens catalogues, comme il l'avoit toûjours pratiqué à l'égard des étoiles des autres constellations : cependant, des douze étoiles dont l'arbre de M. Halley est composé, neuf sont dans ces anciens catalogues, & désignées par des lettres particulières sur les planisphères de Bayer, dans la constellation du Navire. Enfin on ne peut douter que tous ceux qui dans le quinzième & le seizième siècle ont observé les étoiles australes, pour les renfermer dans de nouvelles constellations, n'aient attribué constamment au Navire toutes les étoiles dont l'arbre de M. Halley est composé ; autrement est-il raisonnable de croire qu'ils eussent formé les constellations du Poisson volant & du Caméléon, qui sont si voisines du Navire, & dont les plus belles étoiles sont de la cinquième grandeur, tandis qu'ils auroient laissé sans constellation, entre le Centaure & le Navire, un grand espace rempli d'étoiles de la première, deuxième, troisième & quatrième grandeur, si bien grouppées avec celles du Navire ?